Point sur les détecteurs de fumée

Protéger son habitation avec un détecteur autonome avertisseur de fumée

Le décret n° 2011-36 du 10 janvier 2011 apporte enfin les détails sur l’obligation d’installer au moins un détecteur de fumée dans chaque foyer appelé plus communément DAAF.

Qui devra payer ce Daaf ?

Il sera à la charge de l’occupant du logement à équiper, que l’occupant soit simple locataire ou propriétaire. L’occupant devra également veiller à l’entretien et au bon fonctionnement de ce détecteur. Pour les locations saisonnières, les logements meublés, les logements de fonction et les foyers, l’installation et l’entretien du détecteur de fumée incomberont automatiquement au propriétaire. Concernant les parties communes des immeubles regroupant plusieurs logements, les propriétaires restent tenus d’indiquer les consignes à respecter en cas d’incendie et d’éviter la propagation du feu des locaux à risques vers les circulations et dégagements ».

Quel détecteur choisir ?

Trouver le bon modèle s’avère compliqué car plusieurs études ont démontré qu’une partie des modèles vendus dans le commerce ne sont pas fficaces. C’est pourquoi il faut choisir un modèle qui réponde à la norme EN14604, seule norme légale à ce jour.

Quelques chiffres

Le ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement appelle que le nombre d’incendies en France a doublé ces vingt dernières années et que les assurances enregistrent 250 000 sinistres incendies, pour des habitations, chaque année. Or des pays comme la Norvège et la Grande-Bretagne ont réussi à réduire de moitié le nombre de décès liés à des incendies depuis l’obligation d’installer des détecteurs de fumée ; leur taux d’équipement actuel est de 98% pour la Norvège et de 89% pour la Grande-Bretagne.

Posted in Nos actualités.